Un texte a lire correctement, le côté invisible des pro OGM

interdit au grand public !!

et en plus ils menacent, certains comme le Vice Président de la FNSEA, Pascal Férey, seraient prêts à appeler à une désobéissance civique pour planter du maïs OGM en avril. je rêve !! petit cadeau a faire circuler pour leur montrer combien on les aiment avec leur saleté d'OGM et leur fric qui sent la mort. Ils en ont rien à foutre de notre santé et la biodiversite

La cause des OGM est loin d'être gagnée. Beaucoup de nos concitoyens, insensibles au sort des grands maïsiculteurs et des entreprises de l'agro-alimentaire, voudraient imposer le concept du risque zéro en matière de produits alimentaires, coupant par là-même la voie du progrès et de l'expérimentation technologique. Ces marchands de la peur qui n'ont que le mot Moratoire en bouche surfent sur des courants d'opinion qui leur sont actuellement majoritairement favorables.

L'obscurantisme et ce conservatisme qu'on ne connaît que trop par ailleurs, s'opposent de manière systématique au changement, à la volonté de réformer, d'expérimenter. Le refus de la production d'aliments transgéniques, du brévetage du vivant rencontre trop souvent l'assentiment corporatiste des consommateurs. Le slogan « Pas d'OGM ni dans nos champs ni dans nos assiettes » gagne même du terrain tant chez les consommateurs obnubilés par la notion de sécurité alimentaire que chez certains paysans ayant du mal dans ce contexte hostile à faire le saut du progrès et de la bio-technologie.

Tout ceci explique les difficultés à élargir à échelle industrielle la surface cultivée en maïs OGM ou les retards pris par les projets de loi devant définitivement autoriser ces nouvelles pratiques agro-alimentaire.

On peut même affirmer que sans le combat acharné, infatigable, permanent de la FNSEA pour défendre la cause des cultures OGM, cette affaire aurait été tranchée dans le mauvais sens depuis longtemps, avec l'interdiction définitive des cultures transgéniques, ou tout au moins leur gel le temps de longues et coûteuses études sur leurs possibles conséquences environnementales, sanitaires et économiques.

Nous reproduisons ici quelques témoignages -pris parmi des centaines d'autres- de cet engagement constant et déterminé qui mérite d'être connu et apprécié à sa juste valeur.

Ils ont tous été extraits de l'hebdomadaire de la FNSEA « Le Sillon » qui semaine après semaine relaie, sans jamais faiblir, ce combat pour le développement des cultures OGM, à la base du projet même de La Ferme en Vrille.

Le Sillon, 16 mai 2008, p.3
«A l’issue de la présentation du projet de loi de présentation et de programmation du Grenelle de l’Environnement, Pascal Ferey reproche au ministère de l’écologie d’être à l’écoute du lobby écologique et de privilégier le retour à l’agriculture d’autrefois sans produits phytos, sans engrais, sans irrigation, sans OGM”

Le Sillon, 25 janvier 2008, p.5
« A la FNSEA, nous avons fait le choix de nous mobiliser auprès de tous les parlementaires (...). Je redoute fortement que la Secrétaire d'Etat chargée de l'écologie défende une armada d'amendements qui vise à interdire définitivement les OGM en France. Il suffit que le Parlement vote des distances d'éloignement ou introduise des notions de responsabilité exagérées pour rendre impossible la culture des OGM sur le territoire ».

Le Sillon, 11 janvier 2008, p.4
« Evoquant cette éventuelle clause de sauvegarde et le caractère devenu non urgent de la loi sur les OGM, M. Lemétayer (Président de la FNSEA), a dénoncé lors de ses voeux à la presse, toujours ce 9 janvier, la « reculade pour le moins surprenante du Gouvernement: c'est de la politique spectacle ». Et d'ironiser: « C'est le feuilleton de l'été. On est reparti pour un tour... ». De leur côté les producteurs de maïs font actuellement travailler les juristes pour voir dans quelle mesure la clause de sauvegarde serait attaquable devant les tribunaux. Certains, comme le Vice Président de la FNSEA, Pascal Férey, seraient prêts à appeler à une désobéissance civique pour planter du maïs OGM en avril. »

Plus d'infos içi : http://www.onlafermerapas.info/lafermeenville/

La FNSEA, promoteur des OGM et des pesticides, veut faire condamner “La Ferme en Vrille”

Pour aider "la ferme en vrille" cliquez içi : http://www.onlafermerapas.info/?page_id=44